Veux-tu répondre à l’appel de Dieu ?

Beaucoup de Chrétiens attendent passivement que Dieu les appelle, alors que c’est Dieu qui attend qu’ils répondent à l’appel qu’Il nous a déjà lancé dans Sa Parole. Si cet article parvient à toucher ton cœur, c’est que tu es prêt à répondre à cet appel !Quand je suis devenu Chrétien, à l’âge de 17 ans, j’ai aussitôt compris quelle était la volonté de Dieu pour ma vie. J’ai su que je devais immédiatement aller prêcher l’Evangile partout, à tous les hommes ! Depuis ce moment-là, Dieu m’a aussi poussé à appeler tous ceux qui voulaient se lancer dans un ministère semblable. 94

A mesure que les générations plus âgées commencent à ralentir leurs activités ou à s’enfoncer dans les traditions, c’est le devoir des générations plus jeunes de reprendre le flambeau et d’aller de l’avant. Tant que vous resterez fidèles à l’Ecriture, vous ne vous égarerez pas.

Il va sans dire que beaucoup de ceux qui liront cet article ne répondront pas à mon appel, pensant qu’il est trop radical. Mais que ceux qui ont des oreilles pour entendre entendent ce que l’Esprit dit aux Eglises !

Voici quelques textes fondamentaux :

« Efforcez-vous d’entrer par la porte étroite. Car, je vous le dis, beaucoup chercheront à entrer, et ne le pourront pas » (Lic 13 : 24).

« Mais étroite est la porte, resserré le chemin qui mènent à la vie, et il y en a peu qui les trouvent » (Matthieu 7 : 14).

« Veillez donc et priez en tout temps, afin que vous ayez la force d’échapper à toutes ces choses qui arriveront, et de paraître debout devant le Fils de l’homme » (Luc 21 : 36).

Ces versets de l’Ecriture nous montrent que la vie de Chrétien n’est pas toujours une marche joyeuse sur un tapis de fleurs ! « Efforcez-vous, » « … afin que vous ayez la force… » Les seuls efforts que doivent faire la plupart des Chrétiens modernes consistent à supporter les sermons ennuyeux prêchés par un pasteur impuissant, dans son mausolée de plusieurs millions de dollars.

Pouvons-nous affirmer que nous nous efforçons réellement de servir Dieu fidèlement ?

Si je regarde la vie entièrement consacrée des premiers Chrétiens, je me demande réellement si Jésus trouvera encore la vraie foi sur la terre, quand Il reviendra ! Non seulement nous nous contentons d’une grâce bon marché, mais nous enseignons aux nouveaux Chrétiens à considérer celle-ci comme la norme spirituelle.

L’apôtre Paul a souffert. Il a connu la lapidation, les flagellations, la morsure de serpents venimeux, les naufrages, la faim et les persécutions partout où il allait. Il savait ce qui l’attendait. Il se rendit à Rome en sachant qu’il allait y subir le martyre.

Pourtant, nous avons peur de quitter notre ville si les pneus de notre voiture ne sont pas flambant neufs, ou si nous n’avons pas 1.000 dollars dans notre portefeuille pour couvrir nos besoins. Dieu n’est-Il plus là pour soutenir ceux qu’Il envoie ?

Vous pourriez me dire : « Mais que faire si je ne suis pas encore prêt, et si je n’ai pas encore achevé ma croissance spirituelle ? »

Tout d’abord, combien de temps doit durer cette période de croissance spirituelle ? Ensuite, quand saurez-vous que vous êtes prêt ? Attendez-vous qu’une colombe descende du Ciel pour vous dire, d’une voix audible : « Pars, tu es prêt ! » ?

Quand un oiseau adulte pousse son petit hors du nid, l’oisillon n’est certainement pas persuadé qu’il est prêt à voler ! Sinon, il ne résisterait pas !

Admettons que vous n’êtes pas prêt. Savez-vous ce que cela signifie ? Cela signifie que vous n’avez qu’à dépendre de Dieu un tout petit peu plus ! Paul a dit que la puissance de Dieu s’accomplissait dans sa faiblesse, c’est-à-dire dans les domaines où il ne se sentait pas encore pleinement prêt.

Aimeriez-vous connaître un secret ? Les miracles se produisent quand quelqu’un n’est pas prêt à affronter une certaine situation, et qu’il doit alors crier à Dieu pour recevoir l’aide dont il a besoin !

Voici un autre secret : Vous ne serez jamais prêt ! Vous ne serez jamais capable de guérir un homme à la main sèche, de ressusciter quelqu’un d’entre les morts, de fendre une mer en deux, ou de briser les chaînes qui enserrent le cœur d’un pécheur. Seul Dieu peut faire tout cela ! Avec Dieu, c’est tout ou rien ! Si nous n’avons pas toute Sa puissance, nous n’avons aucune puissance ! Dieu manifeste Sa puissance au travers d’hommes comme Moïse, qui a dit : « Pas moi, Seigneur, je ne suis pas prêt à faire ce que Tu me demandes ! »

Peut-être avons-nous une fausse conception de la puissance de Dieu. Dieu ne vous donne pas Sa puissance simplement pour faire de vous quelqu’un de puissant. Dieu vous donne Sa puissance, ou, plus exactement, Il manifeste sa puissance au travers de vous, pour que vous puissiez aider les autres. Vous n’êtes rien d’autre qu’un canal !

Dieu cherche surtout des hommes et des femmes qui acceptent d’être des « temples mobiles » de Son Saint-Esprit ! Des hommes et des femmes qui iront avec Dieu au cœur de la bataille pour proclamer à l’humanité : « Voici le salut de Dieu ! » Et qui diront ensuite à Dieu : « D’accord, Père, sois glorifié ! »

Quand vous serez prêt, cela ne vous fera pas resplendir ni flotter dans l’air ! Vous serez nerveux et craintifs, et vous aurez une sensation bizarre au creux de l’estomac, jusqu’à ce que vous vous lanciez, pour faire ce que vous sentirez que vous devez faire !

Au cours des dix dernières années, nous avons sans doute reçu, de la part d’hommes de Dieu, plus d’enseignements que jamais auparavant dans l’histoire de l’Eglise. Nous pouvons discuter de toutes sortes de doctrines vagues, jusque dans les moindres détails, mais en oubliant pourquoi nous avons reçu les Ecritures, et pourquoi nous avons des ministères.

« Toute Ecriture est inspirée de Dieu, et utile pour enseigner, pour convaincre, pour corriger, pour instruire dans la justice » (2 Timothée 3 : 16).

Pourquoi ? « Afin que l’homme de Dieu soit accompli et propre à toute bonne œuvre » (verset 17).

« Je t’en conjure devant Dieu et devant Jésus-Christ, qui doit juger les vivants et les morts, et au nom de son apparition et de son royaume, prêche la parole, insiste en toute occasion, favorable ou non, reprends, censure, exhorte, avec toute douceur et en instruisant » (2 Timothée 4 : 1-2).

Peut-être dites-vous que vous êtes en train de vous préparer en étudiant la Parole, et en écoutant des enseignants qui vous enseignent la Parole. Il y a un temps pour étudier, mais vous étudiez PENDANT que vous travaillez pour le Seigneur ! La volonté de Dieu pour nous, c’est : PRIER + ETUDIER + AGIR.

Quand Jésus a appelé Ses disciples, Il leur a demandé de s’engager immédiatement à Le suivre et à L’accompagner. Ils ont dû tout quitter et ont appris de Lui pendant la marche avec Lui. Ils n’ont pas dû apprendre AVANT de partir avec Lui.

Dans cet article, je ne m’adresse pas à des nouveaux convertis. Pourtant, ce sont probablement eux qui répondront à mon appel. Je veux parler à ces Chrétiens auxquels s’adresse Hébreux 5 : 12-14 :

« Vous, en effet, qui depuis longtemps devriez être des maîtres, vous avez encore besoin qu’on vous enseigne les premiers rudiments des oracles de Dieu, vous en êtes venus à avoir besoin de lait et non d’une nourriture solide. Or, quiconque en est au lait n’a pas l’expérience de la parole de justice ; car il est un enfant. Mais la nourriture solide est pour les hommes faits, pour ceux dont le jugement est exercé par l’usage à discerner ce qui est bien et ce qui est mal. »

Par la plume de l’auteur de l’épître aux Hébreux, c’est le Saint-Esprit qui affirme que si vous ne savez pas encore utiliser efficacement la Parole de Dieu, c’est que vous êtes encore un bébé. Mais si vous avez appris, par l’usage, à discerner ce qui est bien et ce qui est mal, alors vous avez atteint la maturité, et vous êtes prêt à travailler dans le Royaume de Dieu.

Au chapitre 6 de l’épître aux Hébreux, aux versets 1 et 2, l’auteur parle de notre progression vers la perfection et la pleine maturité. Il nous dit que si nous avons acquis une bonne compréhension des doctrines fondamentales, nous sommes prêts à tendre à ce qui est parfait.

Qu’est-ce que la perfection ?

Regardons ce que Jésus a dit.

Matthieu 19 : 16 nous décrit l’histoire du jeune homme riche, qui s’est adressé à Jésus en ces termes : « Maître, que dois-je faire de bon pour avoir la vie éternelle ? » Notez ici que sa question concerne la vie éternelle, et non pas les conditions pour devenir apôtre. Jésus lui dit d’observer les commandements. Le jeune homme Lui répondit qu’il avait observé tout cela. Mais il lui manquait encore quelque chose dans sa vie spirituelle. Jésus lui dit : « Si tu veux être parfait, va, vends ce que tu possèdes, donne-le aux pauvres, et tu auras un trésor dans le ciel. Puis viens, et suis-moi » (verset 21).

Voyez-vous, quand vous pouvez utiliser la Parole de Dieu dans votre vie quotidienne, quand vous savez ce qu’elle dit et que vous pouvez utiliser la Parole comme une épée, pour vaincre toute opposition, alors il est temps pour vous de vous lancer, pour tendre à la perfection et croître dans cette stature parfaite. Voici ce que Jésus voulait dire à ce jeune homme : « Tu connais tous les principes de la Parole de Dieu. A présent, lance-toi, apprends à les appliquer dans ta vie, et apprends aux autres à le faire. » En vendant toutes ses richesses, cet homme n’allait pas atteindre immédiatement la perfection, mais il aurait un trésor dans le Ciel. Pour être parfait, il lui fallait atteindre le point où il accepterait d’abandonner toute sécurité humaine, pour apprendre à se confier en Dieu seul. C’est cela la perfection.

Ce que nous devons remarquer ici, c’est que ce jeune homme riche, en fait, était appelé à être apôtre. Son nom devait probablement être très connu dans cette région. Mais il a regardé en arrière, après avoir mis la main à la charrue. Il a refusé l’appel de Dieu pour sa vie. A cause de cela, nous ne connaissons même pas son nom, alors que les noms de ceux qu’il a refusé de rejoindre sont parmi les plus connus dans le monde entier !

L’Ecriture dit qu’il s’en est allé tout triste, car il avait de grands biens. Est-ce votre cas ? Est-ce que vous vous en allez tout triste, parce que vous avez de grands biens ? Ou bien êtes-vous retenu par votre entreprise, votre travail, vos sécurités ? Il faut absolument que vous sachiez à quelles sources vous vous abreuvez, car il y va de votre destinée éternelle. Vous ne pouvez pas servir deux maîtres. J’ose dire que vous n’avez pas autant de choses à abandonner que ce jeune homme riche.

Le jeune homme riche a abandonné Jésus à cause de ses « grands biens. » Judas L’a trahi pour trente pièces d’argent. Qu’est-ce qui vous empêche de répondre à l’appel du Seigneur ? Votre salaire mensuel ? Votre travail, vos sécurités, vos amis ?

Je ne dis pas que tous les Chrétiens devraient tout quitter pour aller sur les routes, voyager et prêcher de ville en ville. Mais je ne dis pas non plus qu’ils ne devraient pas le faire ! Je peux lancer cet appel, parce que je sais que ceux qui sont appelés par Dieu à faire cela ne seront pas plus nombreux à Lui répondre que tous ceux qu’Il appelle au salut. Mais si je peux inciter une ou deux personnes de plus à s’engager de la sorte, ce sont toujours une ou deux personnes qui vont faire ce qu’elles n’auraient pas fait autrement, si elles n’avaient pas entendu mon appel. Cela valait donc la peine de le faire !

Qu’obtenez-vous réellement en échange de la vie que vous passez chaque jour dans votre entreprise ou sur votre lieu de travail ?

Est-ce que ce que vous obtenez en vaut réellement la peine ?

Tant que nous sommes sur ce thème, permettez-moi de vous poser cette question : « Les responsabilités que vous exercez sont-elles si uniques, si grandes et si particulières, que des multitudes n’attendent que votre départ pour se précipiter à votre place tant convoitée ? » Si vous abandonnez votre position, pensez-vous qu’elle soit tellement bonne que vous n’aurez jamais plus l’occasion d’en retrouver une autre semblable ? Quelles sont vos excuses ? Auront-elles du poids le Jour du Jugement ?

Pour revenir aux conditions à remplir pour être prêt, beaucoup de gens continuent à invoquer l’excuse qu’ils doivent rester se chauffer dans les « serres spirituelles » de Dieu, parce qu’ils sont dans une période de croissance. . Mais, tout en disant cela, ils restent assis à ne rien faire, si ce n’est pour prendre soin d’eux-mêmes. Rappelez-vous que le cœur du Christianisme, c’est la mort à soi-même pour bénir les autres. Rien ne pousse spontanément.

Pour croître, il nous faut du travail ou de l’exercice. Si vous mangez une nourriture saine, mais sans jamais faire d’exercice, vous ne vous fortifierez pas, vous allez simplement vous engraisser. Sur le plan spirituel, il en est de même. Vous pouvez étudier tant que vous le voudrez, mais si vous ne sortez pas pour mettre en pratique ce que vous avez étudié, vous ne grandirez pas. Ceux qui apprennent sans jamais mettre en pratique ne sont que des théoriciens. En d’autres termes, ils connaissent bien la théorie, mais pas la réalité.

Nous disons en général qu’il s’agit d’une connaissance qui est dans la tête, et pas dans le cœur. Quand vous accumulez des connaissances dans votre tête, vous apprenez beaucoup de choses, mais ce ne sont pas ces choses qui gouvernent vos actions. La connaissance qui vient du cœur, c’est celle-là qui gouverne vos actions. La théorie et la connaissance intellectuelle ne deviennent réalités et ne passent dans notre cœur que lorsque nous les mettons en pratique.

La Bible parle de ceux qui écoutent, mais qui ne mettent pas en pratique. Selon Jacques 1 : 22, ceux qui écoutent et ne mettent pas en pratique se séduisent eux-mêmes. Comment peuvent-ils se séduire eux-mêmes ? Parce qu’ils restent au niveau de la théorie. Quand vous restez au niveau de la théorie, il vous est facile de changer ces théories pour vous arranger. Mais quand vous passez à la pratique, vous ne tardez pas à voir quelles sont les théories qui marchent, et quelles sont celles qui ne marchent pas !

Jésus a dit que ceux qui écoutent Ses paroles et qui les mettent en pratique (sans se contenter d’en parler), sont semblables à ceux qui ont bâti leur maison sur de solides fondations : rien ne peut les détruire. Mais ceux qui écoutent Ses paroles et qui ne les mettent pas en pratique, même s’ils en parlent, n’auront jamais la victoire.

Nous devons marcher à la lumière des connaissances que nous avons. Dans Matthieu 7 : 24-27, Jésus parle de ces personnes dont nous venons de parler :

« C’est pourquoi, quiconque entend ces paroles que je dis et les met en pratique, sera semblable à un homme prudent qui a bâti sa maison sur le roc. La pluie est tombée, les torrents sont venus, les vents ont soufflé et se sont jetés contre cette maison : elle n’est point tombée, parce qu’elle était fondée sur le roc. Mais quiconque entend ces paroles que je dis, et ne les met pas en pratique, sera semblable à un homme insensé qui a bâti sa maison sur le sable. La pluie est tombée, les torrents sont venus, les vents ont soufflé et ont battu cette maison : elle est tombée, et sa ruine a été grande. »

Jésus dit encore, dans Matthieu 5 : 29 :  » Car on donnera à celui qui a, et il sera dans l’abondance, mais à celui qui n’a pas on ôtera même ce qu’il a. »

C’est donc simple : nous devons utiliser ce que nous avons reçu, sinon nous allons tout perdre. D’après toutes les apparences, David n’était pas « prêt » à affronter ce guerrier géant en combat singulier. Mais, en réalité, il était prêt, parce qu’il savait qu’il était revêtu de l’onction divine, et qu’il avait compris quel était le besoin. Il dit à Saül : « Que personne ne se décourage à cause de ce Philistin ! Ton serviteur ira se battre avec lui » (1 Samuel 17 : 32). Dieu n’envoya pas un guerrier comme Saül, revêtu de toute son armure, mais Il choisit un jeune garçon vêtu d’un pagne.

Quand un grand guerrier terrasse un autre grand guerrier, c’est un grand guerrier qui en retire la gloire. Mais si un jeune garçon terrasse un grand guerrier, c’est Dieu qui en retire la gloire !

Voici la clef pour être prêt : avoir l’Esprit de Dieu qui demeure en vous dans votre faiblesse, et qui Se sert de votre faiblesse pour défaire les géants de votre ennemi, Satan. C’est Dieu qui en retirera alors la gloire, et pas vous !

Certaines manifestations particulièrement fortes de la puissance de Dieu se sont produites dans la vie d’hommes tels que Smith Wigglesworth, qui a dit : « Un homme rempli de l’Esprit de Dieu ne devrait jamais dire : « Je ne peux pas ! » » Il a aussi dit : « Je veux vous aider à décider que, par la puissance de Dieu, vous ne serez jamais un homme ordinaire ! » Et encore ceci : « Si vous priez Dieu qu’Il vous donne Sa puissance, après avoir reçu Saint-Esprit, c’est faire de Dieu un menteur ! »

John G. Lake, un autre grand homme de Dieu, a dit : « La puissance de Dieu est comme l’électricité. Elle peut passer par n’importe quel objet. Mais c’est la foi qui est importante, car c’est la foi qui dirige la puissance de Dieu. »

Aujourd’hui, les gens écoutent des cassettes, lisent des livres et étudient pendant des heures. Ils se disent : « Je commence à comprendre comment la foi agit ! » Ils peuvent citer les Ecritures, donner les références des passages bibliques et des livres, apprendre par cœur les numéros des chapitres et des versets où se trouvent ces passages. Mais quand il s’agit de faire quelque chose avec toute la foi qu’ils pensent avoir, c’est une autre histoire !

Nous sommes souvent plus intéressés à prouver une doctrine, plutôt que d’aider ceux qui ont besoin d’aide. Nous parlons facilement de la foi, mais dès qu’il s’agit de marcher par la foi, nous commençons brusquement à reculer, en disant : « Dieu m’a simplement appelé à prier ! » En général, ceux qui disent cela ne prient même pas, ils invoquent cela pour excuser le fait qu’ils ne font rien. Mais la Bible dit que Jésus est notre exemple. Il est écrit dans Actes 1 : 1 : « Théophile, j’ai parlé, dans mon premier livre, de tout ce que Jésus a commencé de faire et d’enseigner dès le commencement… » Jésus a fait et enseigné. Nous aussi, faisons de même !

Nous sommes prêts à pousser des nouveaux convertis à témoigner sans tarder. Nous entendons par là « parler aux autres de Jésus, et leur expliquer pourquoi et comment ils peuvent être sauvés. » « Témoigner » est un terme technique, qui signifie : « produire des preuves irréfutables concernant une personne ou un événement. » Pourtant, nous n’imaginerions pas pousser des nouveaux convertis à prêcher ou à guérir des malades.

Les apôtres n’avaient passé avec Jésus qu’un ou deux ans, avant qu’Il commence à les envoyer seuls, c’est-à-dire sans Sa présence personnelle. Quand Il les a envoyés, Il leur a demandé, non seulement de prêcher la bonne nouvelle du Royaume de Dieu, mais aussi de guérir les malades, de purifier les lépreux, de ressusciter les morts, et de chasser les démons. Notez bien qu’Il ne leur a pas demandé de « prier pour les malades, » mais de « guérir les malades » !

Quand les douze ont été envoyés pour prêcher l’Evangile, bientôt suivis par soixante-dix autres, ils ont rencontré un succès complet. Mais ils ont fini par rencontrer un homme qui chassait les démons au Nom de Jésus, et ils lui ont demandé d’arrêter. Non pas parce qu’il faisait des erreurs, ni parce que Jésus ne l’avait pas envoyé, mais uniquement « parce qu’il ne nous suit pas » (Luc 9 : 49). Déjà, à cette époque, la tête hideuse de l’esprit de dénomination commençait à se lever. Mais la réponse de Jésus fut sans doute la chose la plus remarquable de ce récit. Notez que Jésus n’a pas dit : « Quel est son nom ? Est-ce que je le connais ? Est-ce que je lui ai demandé de faire cela ? » Dans sa réponse, Jésus a repris l’apôtre Jean, et lui a dit : « Ne l’en empêchez pas, car qui n’est pas contre vous est pour vous » (verset 50).

Remarquez aussi que cet homme, apparemment, a décidé lui-même de se lancer dans ce ministère, car Jésus, autant que nous pouvons le savoir, ne connaissait rien de lui. Si cela est vrai, c’est la preuve biblique que nous n’avons pas besoin de recevoir un appel spécifique pour commencer à exercer un ministère. Il y a de nombreux passages de l’Ecriture où Jésus demande à Ses disciples d’aller, mais il n’y en a qu’un où Il leur demande d’attendre. Même dans ce cas, les disciples n’ont pas eu à attendre longtemps pour recevoir la puissance requise par Dieu pour être Ses véritables témoins.

Aucun passage de l’Ecriture ne nous demande, ni même ne nous suggère, de rester chez nous, juste pour étudier et nous nourrir nous-mêmes, sans jamais rien partager avec les autres. Même si vous pouviez être sauvé dès l’âge d’un an, être rempli de l’Esprit à deux ans, et être envoyé à l’âge de trois ans pour prêcher l’Evangile, et même si vous viviez jusqu’à soixante-dix ans, vous n’auriez jamais le temps de prêcher l’Evangile à toute créature vivant dans le monde ! Vous mourriez sans avoir accompli l’ordre donné par Jésus dans Matthieu 28 : 18-20. Jésus ne vous demande pas de faire plus que vous ne pouvez faire, mais Il attend, et exige, que vous fassieztout ce que vous pouvez faire. Avec Lui, vous pouvez tout faire ! (Philippiens 4 : 13). Jacques 4 : 17 nous dit que « celui donc qui sait faire ce qui est bien, et qui ne le fait pas, commet un péché. »

Dans Marc 5 : 1-20, nous voyons que Jésus, descendant d’une barque, rencontra un homme possédé qui courut vers Lui, et qui fut délivré. Dès que cet homme fut délivré, il supplia Jésus de lui permettre de L’accompagner. (Aujourd’hui, pour la plupart des Chrétiens, c’est Jésus qui devrait les supplier de L’accompagner !). Mais Jésus répondit à cet homme : « Va dans ta maison, vers les tiens, et raconte-leur tout ce que le Seigneur t’a fait, et comment il a eu pitié de toi » (verset 19). Au verset 20, nous voyons que cet homme, qui, peu de temps auparavant, était complètement possédé, s’en alla prêcher partout dans une région de dix villes, appelée Décapole. Cet homme fut immédiatement envoyé pour témoigner. Il n’était passé par aucune école biblique et n’avait reçu aucune formation. Il dut instantanément exercer son ministère, armé simplement du « témoignage » de ce que Dieu avait fait pour lui. C’est le plus grand message que vous puissiez apporter !

En somme, ce qui lui était demandé, c’était de commencer un groupe de maison, tout en témoignant dans toute cette région de dix villes, proches de son lieu de résidence. Il ne s’est pas contenté de rester chez lui pour y organiser une petite réunion de témoignage de deux minutes.

Vous êtes peut-être converti depuis cinq ans, rempli du Saint-Esprit depuis trois ans, et vous étudiez constamment la Bible, mais vous n’êtes pas encore prêt ! Si cela est vrai, vous ressemblez à ceux que Paul décrit dans 2 Timothée 3 : 7 : « apprenant toujours et ne pouvant jamais arriver à la connaissance de la vérité. » Vous me direz que cela ne vous concerne pas, parce que les versets précédents parlent de choses que vous ne pratiqueriez jamais. Mais je continue à penser que vous êtes concerné par les versets 2 et 4 :

« Car les hommes seront égoïstes, amis de l’argent, fanfarons, hautains » (verset 2). Vous êtes égoïste et vous aimez votre confort, et c’est pour cela que vous aimez l’argent. Vous cherchez vos aises et un bon statut social, et vous voulez avoir ce que les autres possèdent. Vous êtes un fanfaron (pour ce qui concerne votre connaissance des Ecritures) et un hautain (ou un orgueilleux, parce que vous pensez que vous n’êtes pas comme ceux qui ne croient pas en toute la Bible).

« Aimant le plaisir plus que Dieu » (verset 4). Vous aimez votre plaisir, votre confort et vos aises plus que Dieu. C’est tellement évident que cela ne mérite aucun commentaire.

Nous ressemblons souvent à ceux que décrit Keith Green dans l’une de ses chansons : « Jésus S’est relevé d’entre les morts, mais nous ne pouvons même pas nous lever de notre lit ! »

Aujourd’hui, dans l’Eglise moderne, nous faisons souvent une distinction entre « ceux qui sont dans le ministère » et les « laïcs, » ou entre « les pasteurs ou ceux qui sont à plein temps » et « les Chrétiens ordinaires. » Mais relisons Ephésiens 4 : 11-13 :

« Et il a donné les uns comme apôtres, les autres comme prophètes, les autres comme évangélistes, les autres comme pasteurs et docteurs, pour le perfectionnement des saints en vue de l’œuvre du ministère et de l’édification du corps de Christ, jusqu’à ce que nous soyons tous parvenus à l’unité de la foi et de la connaissance du Fils de Dieu, à l’état d’homme fait, à la mesure de la stature parfaite de Christ. »

Ce passage montre clairement que l’objectif principal de ceux qui exercent un « ministère » est de former d’autres ministères capables d’annoncer l’Evangile, et non de se donner en spectacle devant des auditeurs passifs !

Si l’on en croit les louanges adressées aujourd’hui à certains « ministères » (louanges qu’ils s’adressent en général à eux-mêmes), on pourrait penser que ces ministères produisent des géants spirituels. En réalité, ils ne produisent que des nains spirituels, qui ont de grosses têtes, mais de petits cœurs. Ils correspondent à ceux qui sont décrits dans Apocalypse 3 : 17 : « Parce que tu dis : Je suis riche, je me suis enrichi, et je n’ai besoin de rien, et parce que tu ne sais pas que tu es malheureux, misérable, pauvre, aveugle et nu… »

Le Corps de Christ a besoin de voir en face les problèmes, les déficiences et l’hypocrisie qui existent en son sein. Il doit faire quelque chose pour changer tout cela, et pas se contenter de l’ignorer, en espérant que cela s’arrangera tout seul.

Je le répète, être prêt signifie que nous avons purifié nos actions. Si nous ne pouvons pas le faire par nos propres forces, nous devons nous mettre devant Dieu et être déterminé à ne pas bouger de là tant que notre problème ne sera pas résolu. Si nous n’offrons pas des solutions réelles au monde qui nous entoure, ce sont les sectes qui lui offriront leurs mensonges, en les faisant passer pour la vérité.

Dieu nous a donné le ministère de la réconciliation ! Certains peuvent être appelés à exercer ce ministère en Afrique ou en Asie, et d’autres peuvent même être appelés à l’exercer envers leurs proches voisins !

Un frère en Christ.

Curry Blake

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s